Les coopératives d’activité et d’emploi (CAE) bientot reconnus par la Loi-cadre ESS

Dans : Actualites Régionales|Les annonces de nos Partenaires

7 sept 2013

Information issus de la lettre d’information n° 24 de Cesam-Oxalis

Depuis bientôt un an, les services du ministère de l’Economie sociale et solidaire (dirigés par Benoit Hamon) et les acteurs nationaux de l’ESS travaillent à un projet de loi-cadre pour le développement de cette « économie qui a du sens ».
Ce projet avance régulièrement et est désormais dans sa « dernière ligne droite » : validé lors du Conseil des ministres du 24 juillet dernier, il va suivre à l’automne la navette parlementaire, pour une entrée en vigueur prévue dès janvier 2014.

Composé d’une cinquantaine d’articles, cette loi va amener des changements profonds dans les différents champs de l’ESS et le fonctionnement de ses différents acteurs (associations, coopératives, mutuelles, fondations).
Ce sera ainsi le cas pour les coopératives d’activité et d’emploi (CAE), qui font l’objet des articles 32 et 33. Ces articles ont pour objectif de favoriser le développement des CAE au travers de deux axes principaux : la sécurisation du cadre juridique proposé aux entrepreneur-e-s ; la reconnaissance officielle de l’entrepreneuriat salarié.

Depuis une quinzaine d’années, les CAE expérimentent cette forme innovante d’entreprendre (au travers d’une diversité de pratiques et d’outils), et élargissent peu à peu leur présence. Elles représentent aujourd’hui :

  • 135 implantations un peu partout en France ;
  • 6 500 entrepreneur-e-s accompagné-e-s, dont 5 000 entrepreneur-e-s salarié-e-s et 1 500 testant leur activité en CAPE (voir lettre d’info n°2) ou en convention d’accompagnement ;
  • 100 millions de chiffre d’affaires cumulé sur l’année 2012 (et augmentant chaque année de 15 à 20%)

De manière plus concrète, la loi-cadre ESS va apporter pour les CAE 3 innovations importantes :

  • la création d’un nouveau statut « d’entrepreneur salarié associé » inscrit dans le code du travail, officialisant ce qui est expérimenté depuis plusieurs années : un statut juridique et social assimilé à celui des salariés (couverture santé, assurance-chômage, accès à la formation,…), tout en menant une activité d’entrepreneur-e de manière autonome ;
  • l’élargissement du droit coopératif et le développement du sociétariat : pour bénéficier durablement du statut, l’entrepreneur-e salarié-e aura obligation de devenir associé-e de sa coopérative dans un délai de 3 ans ;
  • la généralisation du contrat d’appui au projet d’entreprise (CAPE) durant la phase de test de l’activité

Elle va aussi permettre de mieux identifier les CAE par rapport à d’autres formes de création d’activité que sont le portage salarial et les couveuses d’activité, et aussi de clarifier la différence avec l’auto-entrepreneuriat.

 

Be Sociable, Share!

Commenter l'article

A propos d'AgoraLIM

Notre asssociation est un club d’affaires regroupant des cabinets de conseil et d’accompagnement, intervenant sur la région Limousin.
Leurs domaines de compétences sont divers et ils s’adressent aux entreprises comme aux particuliers.

  • agnès: bonjour, je prepare actuellement un exposé sur les micro expressions et je suis a la recherche de p [...]
  • Marcheix: Pour avoir accès au logiciel, il vous suffit de créer un compte gratuit sur www.lynxexpert.com [...]
  • Guillaume: Bonjour a vous je n'ai que 17 ans mais la synergologie me passionne vraiment, j'ai essayer de m'insc [...]
  • Marcheix: Bonjour, vous pouvez me joindre avec cet email : franck.marcheix@lynxexpert.com Je connais très [...]
  • audrey: bonjour,je m'interresse enormement a la synergologie et je fais également beaucoup de recherches.Je [...]